Chargement barre d'outil en cours …
A la une

170 ans après, une commémoration au cœur de l’actualité !

170 ans après, une commémoration au cœur de l’actualité !

Le 10 mai dernier s’est déroulée la journée nationale de commémoration de la traite, de l'esclavage et des abolitions.

A cette occasion, Sarah et Morgane, deux jeunes membres du CVJ (Conseil Villeurbannais de la Jeunesse) ont été invitées à participer à la cérémonie officielle qui se tenait dans le jardin du Luxembourg à Paris.

Pour parler de cette journée placée sous le signe du respect de la dignité humaine, le site Internet Jeune a prêté sa plume à Sarah afin de partager son expérience.

 

« Le jeudi 10 mai, Morgane et moi sommes allées au jardin du Luxembourg à Paris pour assister à la commémoration de l’abolition de l’esclavage.

Et il n’y avait pas que nous ! Beaucoup d’autres jeunes étaient aussi présents sur l’évènement. Ils ont joué des pièces de théâtre et lu des textes écrits en rapport avec l’abolition de l’esclavage.

Toutes les festivités se sont déroulées en présence de personnalités comme le premier ministre Edouard Philippe, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, la ministre des outre-mer Annick Girardin, et l’ancienne ministre de la justice Christiane Taubira. Un casting impressionnant, mais tout le monde s’est montré très accessible et accueillant !

Cette cérémonie nous a permis de nous rendre compte du possible rapprochement avec un sujet d’actualité : l’immigration.

Il est certes capital de ne pas oublier que l’esclavage a existé et a été aboli, mais il est également important d’avoir conscience qu’aujourd’hui, nous devons toujours lutter pour défendre les droits des Hommes. En effet, les vendeurs d’esclaves de l’époque ne ressemblent-ils pas aux passeurs d’aujourd’hui, qui font payer les migrants pour passer les frontières, alors que ces derniers tentent de fuir leur pays en guerre, à cause de la misère ou du fait d’un régime politique en vigueur ?

En tant que jeunes et représentantes du Conseil Villeurbannais de la  Jeunesse, cette commémoration nous a permis de nous retrouver avec des jeunes d’horizons différents qui partageaient les mêmes valeurs d’humanité que nous, et nous nous sommes senties vraiment intégrées à la vie publique.

Totalement apolitique, la force de cette cérémonie a résidé dans le fait qu’elle nous a tous réunis autour de cette belle cause qu’est la défense de la Liberté. »

 

Sarah